PassionSBAsia

BLACK LIZARD (1981)

BLACK LIZARD (1981)Black lizard

Réalisateur :
Chu Yuan

Producteur :
Run Run Shaw

Chorégraphe :
Dang Tak CheungYuen BunYuen Wah

Scénariste :
Chu Yuan

Autres titres :Hak Sik Yik (Titre HK)
Hei Xi Yi (Titre HK)

Pays :Hong Kong

Studio :Shaw Brothers

Genre :Fantastique / Wu xia pian

Avec Derek Yee Tung Sing
Yueh Hua
Goo Goon Chung
Helen Poon Bing Seung
Yeung Chi Hing
Chan Maan Loh
Sun Chien
Yuen Wah
Wong Yung
Lau Wai Ling

Le Chevalier Long (Derek Yee) fête ses fiançailles en compagnie de sa future belle famille. Cependant, le même soir, un mystérieux personnage lui annonce le retour du Lézard Noir, une créature fantastique qui réapparaît tous les 3 ans pour tuer une personne vivant près du Lac du Lézard, et que sa prochaine victime serait sa fiancée (Helen Poon Bing Seung). D’étranges évènements surviennent : l’apparition d’un diable rouge, une réplique de sa fiancée en bois, le fantôme de sa belle tante morte à cause du Lézard Noir deux ans plus tôt, des meurtres suspects… Long va faire équipe avec un policier (Sun Chien) pour y voir plus clair.

Info Clarifions-le tout de suite, "The Black Lizard" n’a rien à voir avec "The Lizard", le film tourné par Chu Yuan au début des années 70 avec déjà Yueh Hua. Le réalisateur retrouve Derek Yee dans une œuvre qui dans ses 40 premières minutes environ, s’apparente aux premiers Ghost Kung Fu Comedies produits par Sammo Hung ("The Dead and the Deadly", "L’Exorciste Chinois"), mais sans l’humour ni les sortilèges taoïstes. Cette première partie tournant autour de la Légende du Lézard Noir est peu passionnante, et malgré les décors et les intérieurs comme toujours très soignés, échoue dans la mise en scène d’une atmosphère vraiment oppressante, en tombant parfois dans le kitsch, avec des effets naïfs comme les éclairages en vert fluo (pour souligner l’apparition des fantômes) et surtout le Lézard Noir du titre (qui est un animal, et non le surnom d‘un personnage), montrant que Tsui Hark n’avait pas le monopole des apparitions de bestioles reptiliennes en caoutchouc. Un plan rappellerait presque celui du "Eraserhead" de Lynch, celui où la tête de Jack Nance est échangée par celle du bébé monstrueux sur son corps (la tête du Lézard sur un corps d’homme en costume) s’il n’était pas aussi kitsch. Pour les Ghost Kung Fu Comedies citées plus haut, on pardonne aisément les effets spéciaux artisanaux et les kitcheries à cause de l’humour et de leur budget réduit, mais moins chez un réalisateur connu pour son raffinement visuel.
On se dit qu’on est devant un Chu Yuan vraiment mineur et à se demander ce qu’il lui a pris de filmer une histoire de reptile aussi ridicule, quand on commence à comprendre que le véritable sujet du film est la future belle famille de Derek Yee. Son personnage se montre incrédule face à cette légende, qui sera effectivement désacralisée assez vite. La première partie n’était effectivement pas prenante ni crédible car elle était elle-même fausse dans le scénario, et non due à une baisse de régime du réalisateur.

 

 ( Lien vers la video )

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire