PassionSBAsia

THE DREAM OF THE RED CHAMBER (1977)

RedAka LE RÊVE DANS LE PAVILLON ROUGE    (1977)

Réalisateur :
Li Han Hsiang

Producteur :
Run Run Shaw

Scénariste :
Li Han Hsiang

 

Autres titres :The Dream Of The Red Chamber (Titre HK)
??????? (Titre HK)
Gam Yuk Leung Yuen Hung Lau Mung (Titre HK)
Jin1 Yu4 Liang2 Yuan2 Gong1 Lou2 Meng4 (Titre HK)

Pays :Hong Kong

Studio :Shaw Brothers

Genre :Drame Historique

Avec Brigitte Lin Ching Hsia
Sylvia Chang Ai Chi
Michelle Mai Suet
Dik Boh Laai
Wang Lai
Ou-Yang Sha Fei
Yueh Hua
Chiang Nan
Hu Chin
Kara Hui Ying Hung

Résumé Lin Daiyu (Sylvia Chang) une jeune fille chétive vient habiter chez sa grande tante appartenant à la puissante famille Jia, après avoir perdu ses parents. Elle rencontre son cousin Jia Paoyu (Brigitte Lin) l’héritier et chouchou de cette famille essentiellement composée de femmes, et les deux adolescents tombent amoureux. Une autre cousine Xue Paocai (Michelle Mai Suet), provenant d’une autre branche du clan Jia, se joint également au foyer, et provoque le doute chez Daiyu vis-à-vis des sentiments de Paoyu pour elle. Les parents du garçon planifient son mariage

Note: A cause du titre du film, on peut regretter que le réalisateur n’ait pas opté pour un traitement fantastique de l’histoire, ou du moins plus onirique. La Chambre Rouge du titre est une expression qui s’approche de l’idée de "gynécée" pour les filles de riches familles. Quant au rêve, à la vision du film, c’est l’illusion créée par la famille Jia qui fait venir l’autre cousine avec un voile rouge opaque cachant son visage au marié, pour le forcer à l’épouser en lui faisant croire que c’est Daiyu, et en le mettant devant le fait accompli une fois la noce passée.

En conclusion, une approche idéale du film d’opéra dont c’est l’un des tous derniers fleurons, pour ceux qui n’osent pas l’aborder mais qui voudraient en voir au moins un une fois dans leur vie par curiosité. On peut rêver d’une nouvelle adaptation semblable à celle de la légende des amants papillons par Tsui Hark avec "The Lovers", ou un film "altmanien" qui mettrait plutôt l’accent sur l’aspect choral et la multitude de protagonistes féminins de l’œuvre d’origine, suffisamment riche pour inspirer de futurs chef-d’œuvres.

 ( Lien vers la video )

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire